Les Parcs Naturels Régionaux: des outils au service du développement durable

Comment un parc naturel peut-il assumer la triple capacité de protéger la nature, créer des emplois ou des sources de revenus tout en valorisant la culture locale? Par quels moyens les PNR répondent-ils à une logique de développement durable? Ici, une autre façon de voyager durable: découvrir les nombreux PNR de France.

La durabilité, une ligne de conduite, une valeur directrice

Si la notion de développement durable est universelle, elle reste davantage un objectif/idéal à atteindre, qu’une réalité. En effet, son application n’est pas simple et le juste équilibre entre les trois dimensions fondamentales – sociale, environnementale, économique – n’est que rarement atteint. Pourtant les initiatives sont nombreuses et ne manquent pas de diversité. Les Parcs Naturels Régionaux (PNR) s’inscrivent dans cette recherche du DD. En effet, territoires reconnus pour leur forte valeur patrimoniale et paysagère, les PNR se veulent porteurs d’un projet concerté de développement économique, social et culturel. Ce projet de territoire est fondé sur « la protection du patrimoine, l’investissement environnemental et l’innovation ».

La valorisation du patrimoine naturel et gastronomique

Les Parcs Naturels Régionaux s’organisent autour d’un projet concerté de développement durable, fondé sur la protection et la valorisation de leur patrimoine, notamment gastronomique et naturel. Les quatre PNR possèdent un paysage naturel exceptionnel qui attire des milliers de visiteurs. Agréés par la Charte européenne du tourisme durable, ils mettent en place des programmes pour responsabiliser les populations et les touristes. C’est le cas dans le PNR des Causses du Quercy où les grottes et les voies d’escalades sont fermées aux périodes de reproduction de certaines espèces comme le faucon pèlerin.

Des territoires aux richesses naturelles remarquables

Les parcs ont par essence été créés dans des territoires possédant de nombreux atouts environnementaux et un niveau de biodiversité élevé. La faune et la flore y sont singulières. Les PNR ont également la volonté de préserver les ressources locales parmi lesquelles certaines sont emblématiques. L’approche est centrée sur la conciliation entre patrimoine naturel et dynamique économique. Plus qu’une protection de l’environnement, grâce à leur biodiversité et leurs milieux naturels, les PNR représentent un atout patrimonial, culturel, économique et touristique.

Une gastronomie protégée

La gastronomie, quant à elle, s’inscrit dans une démarche de défense du patrimoine local en encourageant les activités économiques du territoire. Les quatre PNR proposent un tourisme gastronomique lié aux productions des produits de terroir. En Haut-Languedoc, des circuits et des routes thématiques ont été élaborés autour du vin et du terroir. Les agriculteurs ou artisans qui s’engagent aux côtés des PNR voient leurs produits Marqués Parc ce qui leur confère un certificat de qualité. Afin de valoriser ces ressources, l’accueil et la vente à la ferme, les marchés traditionnels et les lieux labellisés Bistrots de Pays se multiplient.

Le soutien à l’économie locale

Dans le cadre de la réforme de la PAC 2014-2020, les mesures agro-environnementales (MAE) sont appelées à évoluer. En lien avec le Ministère en charge de l’agriculture et le ministère en charge de l’écologie, les Parcs Naturels Régionaux ont pour ambition de construire des propositions en vue de cette prochaine programmation. En effet, les parcs ont de nombreux atouts permettant de renforcer leur engagement dans l’agro-environnement.

Une légitimité territoriale

Tout d’abord, une légitimité territoriale : cette légitimité se fonde principalement sur leur charte validée par les élus, la région et l’État qui met en cohérence les politiques publiques sur leur territoire et définit des axes prioritaires d’action concernant l’agriculture, la protection de l’environnement et des paysages. Ils ont un projet concerté de territoire qui offre un cadre favorable aux différentes actions à court et moyen termes. Les Parcs permettent en effet « une approche transversale et intégrée en mettant en synergie les acteurs et les différents secteurs d’activité ». Ils sont gages d’une efficacité de moyens. La mise en cohérence des politiques publiques touchant l’agriculture, l’alimentation et l’environnement se traduit par un soutien aux produits labellisés comme les Appellations d’Origine Contrôlée (AOC), les labels rouges et les Indications géographiques protégées (IGP).

En plus de cette légitimité territoriale, les parcs ont de nombreux moyens d’animation. Ceux-ci sont variables d’un parc à l’autre, mais toujours suffisants pour répondre aux enjeux naturalistes et notamment assumer le poids politique et technique que suppose la classification Natura 2000, exemple.

Des territoires d’expériences

Il ne faut pas oublier que les parcs ont aussi été créés pour être des territoires d’expérimentation. La diversité des Parcs et leur nombre renforcent la capacité globale d’innovation et d’expérimentation. Toutes les expériences peuvent ainsi être facilement discutées et transférées d’un Parc à l’autre au travers des réseaux thématiques mis en place par la Fédération. En tant que territoire d’expérimentation, les Parcs peuvent ainsi intervenir hors de leur territoire pour faire bénéficier d’autres territoires (non Parc) de leur expérience.

Pour en savoir plus sur les parcs:

http://www.parcs-naturels-regionaux.tm.fr/fr/accueil/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s